Des conseils des chercheurs pour les femmes ménopausées

Rothergill 1778, dans ses conseils pour les femmes de 45 à 50 ans, signale une douleur poignante, spasmodique, qu’il attribue à la grande irritabilité du système de la matrice.

La vie des femmes ménopausée ou pré-ménopausée

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Au cours du siècle dernier la moyenne de vie commence à s’étirer vers la cinquantaine.

Pour la première fois, un très grand nombre de femmes vont vivre pré-ménopause et ménopause. Et la description se précise :

Il arrive une époque où cette évacuation doit disparaître pour ne plus revenir.

Ce n’est point ici une suppression, un dérangement contre nature, mais une véritable disparition, une cessation absolue à laquelle la nature a condamné les femmes à l’époque où ne pouvant plus qu’imparfaitement accomplir le grand œuvre de la reproduction, elles n’y sont plus aptes, par la privation d’une fonction qui leur en assurait la faculté.

Mais loin d’en accuser la nature, elles doivent n’en remercier au contraire puisqu’à l’époque déjà avancée de la vie où elles cessent d’avoir leurs règles, elles perdent insensiblement tous les attribus de la jeunesse, tels que la souplesse des organes, l’exubérance des sucs

Une pré-ménopause bien observée

Nous devons à Depaul et Gueniot une pré-ménopause bien observée :

La ménopause en général ne survient pas brusquement : elle s’annonce par divers phénomènes qui, joints à l’âge auquel est arrivée la femme, permettent d’en prévoir la prochaine manifestation.

Des congestions diverses se remarquent ordinairement, dans l’intervalle des retours, soit la tête, soit vers les organes pectoraux, soit plutôt vers le foie, la rate, l’estomac…

Organes pectoraux

Organes pectoraux

Et Maygrier complète :

Qu’est ce qui se passe s’il y a cessation des règles ? Un des premiers événements qui survient lorsque les règles sont sur le point de disparaître est une irrégularité dans leur apparition, soit pour le temps, soit pour la durée, soit pour la quantité surtout, sans que la femme en soit sensiblement incommodée.

Quelquefois les menstrues reviennent tous les quinze jours, d’autres fois elles sont plusieurs mois sans paraître ; souvent après une ou deux menstruations peu abondantes, il survient en flux immodéré, qui est même dans quelques cas remplace le sang menstruel et qu’il faut respecter.

Puis il reprend et élargit la description des troubles d’une manière que bien des modernes pourraient lui envier :

Les maladies de cet âge

Les maladies les plus ordinaires de cet âge résultent, d’une part de l’état de relâchement et du défaut des organes de la génération, et d’autre part, de la tendance, et pour ainsi dire de l’habitude que le sang conserve de se porter vers ces parties.

Sans doute, il faut aussi mettre au rang des causes de ces maladies les changements remarquables qui s’opèrent dans l’organisation de la femme, tels que la sécheresse et la rigidité de ses parties solides, la diminution et l’épaississement de ses fluides :

Elle éprouve alors des engourdissement dans les membres, des bâillements involontaires annonçant la surcharge des poumons ; de la plénitude de ces organes résultant la difficulté de respirer, des tintements d’oreilles, la dureté de l’ouïe, les douleurs de tête, le gonflement et la pesanteur des yeux, l’affaiblissement de la vue, des étourdissement, le gonflement des veines, la rougeur de la peau, des congestions internes, l’engourdissement

  • des doigts
  • des bras ; des rêves
  • des songes affreux
  • l’hystérie
  • la mélancolie
  • la fureur utérine, etc.
Doigts et bras

Doigts et bras

Depaul et Gueniot pensent qu’une excrétion habituelle aussi importante que l’est celle des règles ne se supprime pas après trente ans de durée, sans provoquer quelques perturbations dans l’équilibre des fonctions.

Ajouter un commentaire