Le traitement du cataracte dès la pré-ménopause

La ménopause va intervenir à plus d’un titre, et par des facteurs multiples, dans la création d’un climat favorable à une cataracte.

  • la privation hormonale joue un rôle certain : il y a une fréquence anormale de cataractes précoces après castration ou après ménopause (particulièrement quand les troubles de privation, atrophie ou ostéoporose, sont brutalement accusées)
  • mais il se trouve que le cristallin à la même origine embryonnaire que la peau. Il se constitue à partir de la même souche tissulaire. Aussi n’est-il pas étonnant qu’il soit particulièrement sensible à l’atrophie tégumentaire générale, conséquence de la ménopause
  • en dehors de cette action directe, la privation hormonale provoque, entre autres troubles, ceux qui sont particulièrement défavorables au cristallin : de fréquentes variations de la glycémie, des perturbations calciques, parfois fort graves  et très souvent les deux en même temps
Glycémie

Glycémie

Consultation d’un ophtalmologue

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Sans attendre des signes d’alertes : éblouissements, besoin instinctif de même la main en visière au moindre excès d’éclairage solaire ou électrique, vision plus confortable le soir en éclairage faible, diminution progressive de l’acuité visuelle avec une impression de brouillard, une femme doit consulter préventivement un ophtalmologue dès la pré-ménopause et particulièrement lorsqu’elle se sait des antécédents :

  • d’insuffisance calcique de la puberté ou de la grossesse (tétanie)
  • d’insuffisance hormonale (puberté tardive, troubles des règles)
  • de diabète ou d’obésité (familiale ou personnelle, gros bébés)

Il faut se donner beaucoup de mal pour éviter la cataracte. Son évolution redoutable vers la cécité, très lente dans la vieillesse, peut être dangereusement rapide chez un sujet plus jeune et, comme on peut l’imaginer, il ne s’agit pas de lésions réversibles.

Hormones, vitaminothérapie énergique, calcium, magnésium, sels d’adénosine, rien de tout cela n’est capable d’obtenir mieux qu’une stabilisation relative. Et encore, faut-il les mettre tous en jeu.

Seule une prévention hormonale rigoureuse semble vraiment intéressante, par son action trophique directe, mais surtout parce qu’elle empêche les troubles favorisants.

La chirurgie

Lorsque la cataracte et la ménopause ne sont pas traitées, ou bien que le traitement est sans effet, ou encore contre-indiqué, une seule issus est possible : la chirurgie.

Cataracte-chirurgie-œil

Cataracte-chirurgie-œil

Elle a fait des matériaux de plus en plus perfectionnés permettant des interventions de plus en plus fines.

Mais le port de verres est indispensable ensuite pour remplacer le cristallin qu’il a fallu enlever, et la récupération visuelle est toujours relative.

Complication rare, mais particulièrement grave, précocement causée ou seulement tardivement favorisée, la cataracte fait partie des risques qu’il n’est pas pensable de courir si une prévention, une équilibration, peuvent en préserver, en empêchant la constitution des causes principales.

Ajouter un commentaire